Établir des relations de marque avec les consommateurs asiatiques

De grands dirigeants du commerce de détail partagent les leçons apprises en évoluant dans l’ère de l’authenticité de l'e-commerc

Dans les pays de la région Asie-Pacifique, les habitudes d’achat des consommateurs évoluent très rapidement et le commerce digital est devenu un facteur de réussite essentiel pour la marque. Face à ces phénomènes, de grands dirigeants du retail réaffectent les ressources, réorientent les investissements et développent de nouvelles stratégies e-commerce plus pertinentes pour le Japon, la Corée et, surtout, la Chine.

Ce rapport expose les opinions, les observations et les perspectives des dirigeants à l’égard des points suivants :

  • Quelle influence les tendances mobiles, sociales et démographiques exercent-elles sur le parcours du consommateur asiatique ? Quelles sont les conséquences pour les stratégies e-commerce dans ces régions ?
  • Comment les marques de retail parviennent-elles à trouver un juste équilibre entre place de marché, contenu et stratégies e-commerce D2C pour créer des expériences authentiques et soutenir une croissance durable sur le long terme ?
  • Comment les nouveaux venus dans ces régions exploitent-ils les enseignements de ceux qui ont tiré leur épingle du jeu ?Tous les champs sont obligatoires.

-- Veuillez sélectionner une option --

-- Veuillez sélectionner une option --

-- Veuillez sélectionner une option --

Tous les champs sont obligatoires.

Stratégies e-commerce D2C (direct au consommateur)

À l’heure où leurs préférences d’e-commerce se font plus sophistiquées, les acheteurs japonais s’orientent vers des sites D2C (direct au consommateur) aux dépens des places de marché. Les marques ont réagi en investissant davantage de ressources dans ces sites. IAu Japon, près de 60 % des marques de mode et 30 % des marques de montres et bijoux ont ouvert des sites d’e-commerce D2C.

Une tendance similaire se dessine en Chine, surtout parmi les consommateurs de produits cosmétiques et de soins de beauté. Les marques de cosmétiques investissent en Chine depuis plus longtemps que d’autres catégories de produits. Par conséquent, les consommateurs chinois de produits cosmétiques haut de gamme recherchent des expériences d’achat en ligne plus spécialisées et font davantage confiance, sans commune mesure, aux sites des marques.

L’adoption des mobiles et des réseaux sociaux est également à l’origine de la sophistication croissante et de l’évolution des préférences des acheteurs chinois. Les marques qui misent sur des sites e-commerce mobiles D2C remportent le gros lot. Un dirigeant de Hong Kong a donné l’exemple d’une marque de mode éphémère locale, basée en Asie, qui a vu près d’un quart (23 %) de ses revenus digitaux provenir des appareils mobiles après le lancement de son site d’e-commerce mobile en avril 2014. Elle n’avait auparavant aucune présence sur ce canal.

Les réseaux sociaux de confiance ont aussi un énorme impact sur le comportement des consommateurs en Chine. Une récente étude des consommateurs menée par le cabinet A.T. Kearney a révélé que les réseaux sociaux avaient dix fois plus d’influence sur les décisions d’achat en Chine qu’aux États-Unis. Cela est particulièrement vrai pour la génération Y. Dans la catégorie d’âge 26 à 35 ans, seuls 7 % des consommateurs américains ont déclaré que les réseaux sociaux avaient influé sur leur intention d’achat, contre 68 % en Chine.

Search terms must be at least 3 characters long